Ce site utilise des cookies nécessaires au fonctionnement du site. Si vous êtes d'accord, nous installerons également un cookie, qui est utilisé à des fins statistiques anonymes. Cela nous aide à mieux concevoir notre site Web et à offrir exactement le contenu que le visiteur recherche.
Détails (en anglais)

Necessary cookies help to make a website usable by enabling basic functions such as page navigation and access to secure areas of the website. The website may not function properly without these cookies.

NameProviderPurposeExpiry
modxcmssession technik-museum.de The cookie is required for secure login and detection of spam or website abuse. Session
PHPSESSID technik-museum.de The cookie is required for secure login and detection of spam or website abuse. Session
frontend technik-museum.de Necessary for the assignment and storage of the shopping cart in the shop. Session
frontend_cid technik-museum.de Necessary for the assignment and storage of the shopping cart in the shop. Session
external_no_cache technik-museum.de Technically necessary cookie for the performance of the website. Session
cmnstr technik-museum.de Saves the consent status of the user for cookies. 1 year

Statistics cookies help website owners understand how visitors interact with Web pages by collecting and reporting information anonymously.

NameProviderPurposeExpiry
_ga Google Registers a unique ID that is used to generate statistical data about how the visitor uses the site. 2 years
_gat Google Used by Google Analytics to limit the request rate. 1 day
_gid Google Registers a unique ID that is used to generate statistical data about how the visitor uses the site. 1 day

Instruments à flûtes et horloges

Les instruments les plus anciens, que l'on peut décrire au sens large comme des instruments de musique mécaniques, sont les carillons des horloges. À l'origine, il s'agissait de carillons ou d'horloges-harpes dérivées du psaltérion, mais en raison de la petite variété des sons, ils ne pouvaient jouer que des mélodies très simples. C'est seulement au cours du XVIIIème siècle que les serinettes, aussi appelées « orgues oiseaux », ont connu une grande popularité. Entre autres choses, elles étaient utilisées pour apprendre aux canaris à chanter. L'image en haut à droite illustre un exemple tiré du Musée Wilhelmsbau.

Les serinettes possèdent déjà tous les composants caractéristiques d'un instrument de musique mécanique : un entraînement (manivelle), un support de son (rouleau à picots) et des générateurs de son (sifflets). La manivelle actionne le rouleau ainsi que la pelle. Le balayage du rouleau d'axe est effectué par de petits leviers, chacun étant relié à une vanne. Si un levier est levé par une goupille, la vanne s'ouvre et l'air comprimé dans la cuvette peut s'écouler dans le tuyau.

Le raffinement de ce principe fonctionnel a finalement conduit à l'apparition des horloges à flûte, dans lesquelles un mécanisme de flûtes a été installé en plus de la partie horlogère. Le mouvement est entraîné par le poids du remontoir de l'horloge. Grâce à l'amélioration des rouleaux à goupilles et du mécanisme de balayage, les mélodies pouvaient être reproduites de plus en plus parfaitement, ce qui a conduit à ce que même des compositeurs célèbres comme Mozart, Haydn, Haendel ou Beethoven composent des pièces spécialement conçues pour les horloges à flûte. Les chefs-d'œuvre les plus précieux se trouvent dans les châteaux des empereurs et des rois. Frédéric le Grand et Napoléon étaient des collectionneurs enthousiastes d'horloges à flûte. Cette forme précoce d'appareils de musique est également représentée à Wilhelmsbau. L’image ci-contre montre une vue du cabinet de l'horloge, dans lequel sont exposés de nombreux originaux précieux.