Ce site utilise des cookies nécessaires au fonctionnement du site. Si vous êtes d'accord, nous installerons également un cookie, qui est utilisé à des fins statistiques anonymes. Cela nous aide à mieux concevoir notre site Web et à offrir exactement le contenu que le visiteur recherche.
Détails (en anglais)

Necessary cookies help to make a website usable by enabling basic functions such as page navigation and access to secure areas of the website. The website may not function properly without these cookies.

NameProviderPurposeExpiry
modxcmssession technik-museum.de The cookie is required for secure login and detection of spam or website abuse. Session
PHPSESSID technik-museum.de The cookie is required for secure login and detection of spam or website abuse. Session
frontend technik-museum.de Necessary for the assignment and storage of the shopping cart in the shop. Session
frontend_cid technik-museum.de Necessary for the assignment and storage of the shopping cart in the shop. Session
external_no_cache technik-museum.de Technically necessary cookie for the performance of the website. Session
cmnstr technik-museum.de Saves the consent status of the user for cookies. 1 year

Statistics cookies help website owners understand how visitors interact with Web pages by collecting and reporting information anonymously.

NameProviderPurposeExpiry
_ga Google Registers a unique ID that is used to generate statistical data about how the visitor uses the site. 2 years
_gat Google Used by Google Analytics to limit the request rate. 1 day
_gid Google Registers a unique ID that is used to generate statistical data about how the visitor uses the site. 1 day

Boîtes à musique et horloges musicales

En plus des fifres, des peignes de métal furent parmi les premières générateurs de sons qui ont été utilisés dans les boîtes à musique. Le peigne en métal a été inventé vers 1796 par l'horloger suisse Antoine Favre à Genève. Les premiers instruments de musique à peigne métallique furent installés dans les montres de poche, ce qui donna le nom d'« horloge musicale ». Dans la foulée, une industrie d'horloge musicale très prospère se développa en Suisse, qui était surtout localisée dans la région de Genève. À partir des simples mécanismes musicaux avec peignes, qui comportaient moins de dix dents, des merveilles de mécanique de précision furent élaborés, qui étaient intégrés dans des boîtiers précieux et désignés comme étant des boîtes à musique. En plus du peigne métallique, de nombreuses boîtes à musique inclurent d'autres générateurs de sons tels que des petits tambours, des cloches ou des anches vibrantes. Le fabricant le plus important était Nicole Frères à Genève, tandis qu'en Allemagne, Lamy à Furtwangen produisait des boîtes à musique de haute qualité.

Toutes les boîtes à musique classiques utilisent des rouleaux à broches comme supports sonores. Les plus grands portent des dizaines de milliers de tiges, ce qui ne suffit toutefois que pour quelques morceaux de musique. Avec l'invention du disque perforé bon marché comme support sonore, l'industrie suisse de la boîte à musique a connu une grave crise. Après quelques hésitations au début, la Suisse a finalement commencé à produire des boîtes à musique bon marché avec des plaques perforées. Un exemple peut être trouvé dans les automates commandés par des plaques.

Outre les œuvres musicales de très haute qualité et coûteuses des boîtes à musique, des millions de pièces bon marché ont également été produites, qui ont été incorporées dans toutes sortes d'objets de tous les jours, des bocks à bière aux albums photos. Sous cette forme, les boîtes à musique ont survécu jusqu'à nos jours.