Ce site utilise des cookies nécessaires au fonctionnement du site. Si vous êtes d'accord, nous installerons également un cookie, qui est utilisé à des fins statistiques anonymes. Cela nous aide à mieux concevoir notre site Web et à offrir exactement le contenu que le visiteur recherche.
Détails (en anglais)

Necessary cookies help to make a website usable by enabling basic functions such as page navigation and access to secure areas of the website. The website may not function properly without these cookies.

NameProviderPurposeExpiry
modxcmssession technik-museum.de The cookie is required for secure login and detection of spam or website abuse. Session
PHPSESSID technik-museum.de The cookie is required for secure login and detection of spam or website abuse. Session
frontend technik-museum.de Necessary for the assignment and storage of the shopping cart in the shop. Session
frontend_cid technik-museum.de Necessary for the assignment and storage of the shopping cart in the shop. Session
external_no_cache technik-museum.de Technically necessary cookie for the performance of the website. Session
cmnstr technik-museum.de Saves the consent status of the user for cookies. 1 year

Statistics cookies help website owners understand how visitors interact with Web pages by collecting and reporting information anonymously.

NameProviderPurposeExpiry
_ga Google Registers a unique ID that is used to generate statistical data about how the visitor uses the site. 2 years
_gat Google Used by Google Analytics to limit the request rate. 1 day
_gid Google Registers a unique ID that is used to generate statistical data about how the visitor uses the site. 1 day

Tourne-disques

Tous les orchestrions étaient commandés par des cylindres couteux et durs d’entretien. Paul Lochmann inventa une solution alternative à la fin du 19ème siècle en brevetant en 1885 son premier instrument de musique mécanique dont le son était produit par un disque percé de nombreux trous. Ces disques pouvaient être produits à peu de frais et en grande quantité. Ils représentèrent ainsi le début de production de masse d’instruments de musique de différentes tailles et de prix modérés pour une utilisation privée (chez soi) ou publique (dans les lieux publiques comme au café ou dans les restaurants par exemple). Leur instrumentalisation était souvent très simple, on les appelait aussi polyphones.

Bien que le son ne soit pas vraiment comparable aux orchestrions, ni à celui des boîtes à musiques suisse, leurs concurrentes directes, ces instruments s’établirent rapidement, grâce, entre autres, à leur prix accessible pour tous. Le centre de leur production était Leipzig, où Lochmann commença, une fois son brevet déposé, à construire des instruments de musique sous le nom de « Symphonien ». Grâce à cet énorme succès, deux de ses employés fondèrent en 1890 les usines de musique « Polyphon », également à Leipzig. Dans les années qui suivirent, plusieurs milliers d’instruments quittèrent ainsi les usines de production pour le monde entier. Mais cette ascension extraordinaire s’arrêta net après la Première Guerre Mondiale à l’arrivée du gramophone.